Loading...
You are here:  Home  >  AFRIQUE  >  Current Article

MAURITANIE : Invoquant la persistance de l’esclavage, les Etats-Unis suspendent la Mauritanie de l’AGOA

By   /  November 11, 2018  /  No Comments

    Print       Email

Dans un décret présidentiel que vient de rendre public le Bureau américain en charge du commerce, le chef d’Etat américain, Donald Trump a informé le Congrès américain ainsi que le gouvernement mauritanien de la suspension de la Mauritanie des facilités accordées dans le cadre de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique à compter du 1er janvier 2019. Washington explique que sa décision a été motivée par le manque de progrès du pays en matière de lutte contre l’esclavage en Mauritanie.

colis-pieges-la-reaction-de-trump-sonne-creux-denoncent-les-democrates

A partir du 1er janvier prochain, l’Etat mauritanien ne pourra plus jouir des avantages accordés par les Etats-Unis en matière de préférence commerciale en vertu de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA).

L’admissibilité à ce programme pour le pays africain vient d’être suspendue par le président américain, Donald Trump. Dans un décret que vient de publier le Bureau américain en charge du commerce, président américain qui informait le congrès américain et les dirigeants mauritaniens de sa décision, a expliqué que celle-ci a été motivée par le manque de progrès du pays en matière de lutte contre l’esclavage en Mauritanie.

Trump a particulièrement insisté sur l’esclavage héréditaire et les pratiques de travail forcé. « La Mauritanie ne respecte pas les critères d’éligibilité de l’AGOA. En particulier, la Mauritanie n’a pas progressé dans la lutte contre le travail forcé, précisément contre le fléau de l’esclavage héréditaire. En outre, le Gouvernement mauritanien continue à limiter la capacité de la société civile à travailler librement pour résoudre les problèmes liés à la lutte contre l’esclavage », peut-on lire dans le décret du président des Etats-Unis.

Pour Washington qui se sert souvent de l’AGOA pour mettre pression sur certains gouvernements, il fallait prendre rapidement cette décision comme preuve de la détermination des USA contre l’esclavage. « Les pratiques de travail forcé ou obligatoire telles que l’esclavage héréditaire n’ont pas leur place au XXIe siècle », a commenté le représentant adjoint du commerce des États-Unis, C.J. Mahoney.

« Cette action souligne la détermination de notre administration à mettre fin à l’esclavage moderne et à appliquer les dispositions relatives au travail dans nos lois et accords commerciaux. Nous espérons que la Mauritanie travaillera avec nous pour éliminer le travail forcé et l’esclavage héréditaire afin que son éligibilité à l’AGOA soit rétablie à l’avenir », a ajouté ensuite le responsable américain.

Possibilité de retour

Cette décision de Donald Trump vis-à-vis de la Mauritanie n’est justement qu’une suspension. Ainsi la Mauritanie a la possibilité de revenir très rapidement dans le programme de l’AGOA. Selon le décret président américain, la Mauritanie pourrait, plus tard, être réintégrée à l’AGOA, comme le Swaziland et la Gambie l’ont par exemple été l’an dernier, si elle affiche des progrès tangibles en matière des droits humains particulièrement sur les questions de l’esclavage.

Le Bureau américain du commerce assure que les Etats-Unis suivront les évolutions dans le pays pour voir s’il continue de progresser dans la protection des droits des travailleurs internationalement reconnus (notamment en ce qui concerne le travail forcé), conformément aux critères de l’AGOA.

Les relations entre Washington et Nouakchott ne sont plus au beau fixe depuis quelques temps. D’abord, il a fallu 7 ans à la Mauritanie pour être admise dans l’AGOA (créée en 2000). Ensuite, les USA dénoncent des emprisonnements de militants politiques.

Récemment, une délégation d’activistes américains invitée par l’ONG SOS Esclaves Mauritanie, avait été refoulée à son arrivée à Nouakchott malgré une concertation préalable avec le gouvernement. Ce qui a aggravé les relations très fragiles entre les deux gouvernements.

afrique.latribune.fr

    Print       Email
  • Published: 4 weeks ago on November 11, 2018
  • By:
  • Last Modified: November 11, 2018 @ 9:26 pm
  • Filed Under: AFRIQUE

Leave a Reply

You might also like...

Guinée : une histoire des violences politiques

Read More →