Loading...
You are here:  Home  >  IDEES  >  Lettres ouvertes  >  Current Article

LETTRE OUVERTE : MA LETTRE A KOUADIO KONAN BERTIN (KKB)

By   /  October 8, 2018  /  No Comments

    Print       Email

Cher président, je voudrais vous saluer avec un grand respect. Je vous écris cette lettre pour vous donner de mes nouvelles et avoir aussi les vôtres. Comme vous le savez, je suis en exil depuis Avril 2011 et par la grâce de Dieu j’ai la santé. C’est vrai que je suis loin de vous mais je suis avec beaucoup d’intérêt ce qui se passe chez nous. Je voudrais vous dire Yako pour toutes les humiliations et les injustices que vous subissez.

KKB-Abidjannet-0007

J’ai vu des images insoutenables de vous venant de Bonon où les militants du RDR, non contents de vous voir aller soutenir l’un des nôtres lors des campagnes électorales vous ont passé à tabac. J’ai vu tout ce que notre propre parti vous fait subir au quotidien. Il y a tellement de choses que je ne pourrais pas tout dire ici. Yako à vous président ! Mais je suis rassuré quand je vois que malgré tous ces vilains coups, vous êtes demeuré debout et toujours prêt pour le combat. Comment ne pas être fier d’être de votre école ?

Président, notre parti se cherche, il faut l’avouer. Et c’est ceux-là mêmes qui ont tout reçu du PDCI-RDA qui sont ses plus farouches pourfendeurs. Comment peut-on expliquer que des militants d’un parti politique s’opposent à ce que leur parti ait un candidat aux élections présidentielles de 2020 ? Ils font tout pour voir disparaitre notre parti. Ils sont l’expression la plus achevée du mercantilisme politique qui s’est emparée de notre parti. Pitié! Je suis tenté de dire qu’il faut sauver le soldat PDCI-RDA ! Longtemps je me demandais bien où partait le parti si cher au Président Houphouët Boigny. C’est vrai que nous sommes en politique et qu’il faut souvent  des alliances pour avancer mais quand on est dans une alliance qui fait souffrir le peuple pour lequel on est sensé gouverner, il faut faire attention. Notre pays compte plus d’une soixantaine d’ethnies et quand des dirigeants viennent et qu’il n’y a qu’une seule qui est privilégiée, il faut se poser des questions. De quel rattrapage ethnique nous parlent-ils ? Non, la Côte d’Ivoire n’en a pas besoin. Quels sont les objectifs réels de ceux-ci ? Où allons-nous réellement ? Connaissent-ils vraiment la Côte d’Ivoire ?

Le tribalisme a atteint le point culminant avec la gouvernance du RDR. Notre nation est déchirée et le peuple nous regarde étonné de nous voir complice d’un tel crime contre notre nation. Le dernier sursaut du président Bédié ouvre la voie vers l’espérance promise par notre père fondateur.

Président, vous ne prenez pas ces coups pour rien, notre parti a enfin entendu le cri du peuple ivoirien. Le PDCI-RDA, a pris ses distances vis-à-vis de ce régime mercantilo-affairiste, ces tueurs de notre nation. Je ne vous apprends rien. Que faire maintenant ? Ramener notre parti, le PDCI-RDA au pouvoir en 2020 ! Voici notre mission !

Président, vous nous avez déjà engagé dans ce combat en 2010, malheureusement des individus mal intentionnés avec des complicités internes nous on fait perdre. On nous a volé notre victoire. Le président Bédié parle même de 600 mille voix volées au PDCI-RDA. Je vous ai vu trempé de larmes quand vous êtes venu nous dire qu’il fallait accepter la défaite. Je me souviens comme si c’était hier. C’était difficile pour nous tous. Au moment où devons repartir « au front », des interrogations surviennent. Est-ce que le PDCI-RDA a tiré toutes leçons de ces élections passées ? Que dit le PDCI-RDA de monsieur Youssouf Bakayoko l’un des nôtres qui organise des élections qui font des milliers de morts et qui s’entête à demeurer à la tête de la CEI (commission électorale indépendante) ? Dans un pays normal, ce monsieur aurait été entendu par les juridictions compétentes en la matière pour subir la rigueur de la loi avant qu’il ne soit minuit. Pauvre Côte d’Ivoire !

Président, sous votre houlette, nous travaillions à donner une âme à la jeunesse du parti. Le jeune du PDCI-RDA devait être un modèle partout il se trouve. Votre clairvoyance politique nous a permis de ratisser large en mettant en place des stratégies d’organisation et d’encadrement de la jeunesse scolaire et estudiantine qui devrait être un véritable vivier pour le parti donc pour la Côte d’Ivoire. Nous voulons continuer à apprendre à vos côtés. S’il vous arrive des moments où tout devient difficile, prenez du repos mais Président, n’abandonnez jamais. Souvenez-vous de cette confidence que vous m’aviez faite une nuit quand nous étions en pèlerinage chez Papa Nouveau sur le retour d’exil du Président Bédié et aussi le PDCI-RDA au pouvoir. Nous n’avons pas le droit d’abandonner. Le pays nous appelle. Des milliers d’ivoiriens comptent sur nous pour l’avènement d’une nouvelle Côte d’Ivoire où il fera bon vivre. Où l’ivoirien se sentira mieux chez lui. Toutes ces années d’exil m’ont permis de comprendre vraiment qu’on est mieux que chez soi. L’exil est humiliant, avilissant… Comme vous l’aviez fait en 2004 en créant le RJDP (rassemblement des jeunes pour la démocratie et la paix), cher grand frère je vous demande de prendre votre bâton de pèlerin pour faire converger tous les démocrates ivoiriens autour de la Côte d’Ivoire notre seul héritage. Vous en avez les moyens et les compétences. Rassurez-vous, nous serons à vos côtés. C’est pour cela que je vous confie mon retour au pays après près de 8 ans passés en exil. Nous devons être les acteurs du changement que nous voulons voir dans notre chère patrie. Il y’a un temps pour tout. C’est le moment. Transmettez mes salutations à tous nos frères et sœurs au pays.

Dans l’espoir que cette lettre retienne votre attention, recevez, monsieur le président mes salutations les plus sincères.

Votre  ‘petit’ Dealer,

Yao Kouamé Patrick en exil. yaokpatrick@gmail.com

    Print       Email
  • Published: 2 weeks ago on October 8, 2018
  • By:
  • Last Modified: October 8, 2018 @ 9:57 pm
  • Filed Under: Lettres ouvertes

Leave a Reply

You might also like...

donald_trump-592x296

LETTRE OUVERTE: « Pays de merde » : lettre ouverte au président Donald Trump

Read More →