Loading...
You are here:  Home  >  ECONOMIE  >  Current Article

Ghana : Nana Akufo-Addo voudrait bien renouveler en 2018 son exploit de 2017…

By   /  November 18, 2018  /  No Comments

    Print       Email

(Ecofin Hebdo) – Le Ghana en 2017 a été salué pour ses performances macroéconomiques, avec un taux de croissance record et une réduction substantielle des surplus de dépenses au sein du gouvernement. Nana Akufo-Addo parviendra-t-il a maintenir ce cap en 2018 ? Eléments de réponse.

1090905d5aebb4b70f49566dd7b482e9_XL

Le Ghana en 2017 a été l’une des véritables stars des performances macroéconomiques en Afrique subsaharienne. Après une croissance juste en dessous des 4% de moyenne pour la période 2014 à 2016, le produit intérieur brut de ce pays a bondi de 8,5% à la fin de l’année 2017. A cette performance du flux de valeur ajoutée, s’est superposée une baisse notable de l’inflation. De 17% en 2015 et 2016, la tendance à la hausse des prix a ralenti à 12,5% à la fin 2017, soit un recul d’un peu plus de 5 points de pourcentage.

Des performances record soutenues par une discipline budgétaire et l’embellie des prix des matières premières

Aussi, à la fin 2017, on a noté une amélioration considérable du solde des transactions avec l’extérieur (balance courante) et de celui des opérations et interventions financières du gouvernement (solde budgétaire).

accra Steve Ababio

Accra, selon le photographe Steve Abadio.

Après environ 17 années de position financière négative dans les transactions avec l’extérieur, le Ghana a renoué avec un surplus commercial à la fin décembre 2017. Une réduction des dépenses publiques, a permis au gouvernement de ramener le déficit budgétaire à 5,4% du PIB, contre 9,3% à la fin de l’année 2016.

Après environ 17 années de position financière négative dans les transactions avec l’extérieur, le Ghana a renoué avec un surplus commercial à la fin décembre 2017.

Les tendances positives, autour de ces deux grands ensembles d’indicateurs macroéconomiques, ont permis au Ghana de défendre la solidité de sa monnaie face à un environnement africain, qui a forcé des pays comme le Nigéria, l’Egypte ou encore l’Angola à déprécier leur monnaie par rapport au dollar américain. De 3,4 milliards $ à la fin 2016, les réserves nettes de change ont bondi à 4,5 milliards $ en 2017. Dans ce contexte, le cedi (monnaie ghanéenne) s’est dévalué de seulement 5%, la plus faible dévaluation depuis plusieurs années.

Un ralentissement notable sur la progression des principaux indicateurs

Ce succès qui a été très largement partagé par de nombreux réseaux et plateformes d’investisseurs semble toutefois s’essouffler légèrement au cours de cette année 2018. Les indicateurs demeurent positifs, mais le rythme de progression s’est considérablement ralenti.

Pourtant, l’Agence Ecofin a pu noter, que les prix des principales matières premières ont continué de progresser atteignant, sur le marché international, des niveaux records pour les cinq dernières années.

ghana cocoa 653x365

Le 2e producteur mondial de cacao.

Certaines précisions sur cette hausse des prix retiennent l’attention. Si le prix de la tonne de cacao affichait, à la fin septembre 2018, une augmentation de 15%, on peut noter que les paiements servis aux planteurs ghanéens ont continué de décroître progressivement tout au long de l’année 2018. Or, lorsqu’on évalue le poids du cacao au sein de l’économie du Ghana (deuxième sources de revenus en devises et premier pourvoyeur d’emploi à l’export), on peut dégager une meilleure vision des autres ralentissements macroéconomiques.

Si le prix de la tonne de cacao affichait, à la fin septembre 2018, une augmentation de 15%, on peut noter que les paiements servis aux planteurs ghanéens ont continué de décroître progressivement tout au long de l’année 2018.

Par rapport à l’inflation, qui depuis le début de l’année 2018 est sortie de la tranche des indicateurs à deux chiffres, on note qu’après avoir perdu 5 points de pourcentage entre fin 2016 et fin 2017, elle stagne désormais dans la rangée des 9% à 10%. Cela reste une bonne performance comparée aux années antérieures, mais on est encore en dehors de l’objectif de 8% que les autorités ghanéennes s’était fixées dans leurs prévisions financières de l’année actuellement en cours.

La croissance économique, elle aussi, demeure forte, mais avec une certaine hésitation. Selon des chiffres publiés par la banque centrale du Ghana, elle était de 5,8% à la fin du premier trimestre de 2018. Déjà, on note une progression très infime de +0,1 point de pourcentage, contre 2 points de pourcentage entre mars 2016 et mars 2017. En plus les solides hausses qui avait caractérisé les prix des principales matières premières ne sont plus au rendez-vous, comme démontré précédemment. Il est désormais peu probable qu’on retrouve le même niveau de croissance de 8,5%, ou plus, à la fin 2018.

Une position extérieure qui se dégrade de nouveau très lentement

Aussi la situation extérieure s’est légèrement dégradée, malgré une amélioration de la balance commerciale. Soutenue par un rebond des prix du baril de pétrole qui a permis de minimiser la baisse des prix dans les secteurs de l’or et du cacao, le surplus commercial du Ghana a cumulé à 1,4 milliard $ à la fin du mois d’août 2018, contre 865 millions $ à la même période en 2017, soit une hausse de 62,6%. Or, malgré cette embellie de l’excèdent commercial, le déficit extérieur qui était de 183 millions $ à la fin juin 2017, s’est creusé à 371 millions à la même période en 2018.

women

« Ce ralentissement ne signifie pas que le Ghana est sur le point de subir une crise

De même, la dette du gouvernement atteignait des niveaux record à la fin du mois de juillet 2018. La dette publique, à cette période, était de 33,9 milliards $, son niveau le plus élevé depuis les 12 derniers mois. La dette extérieure elle, était de 18,3 milliards $.

Enfin, la monnaie qui a bénéficié d’un regain en 2017 a continué de se dégrader. Alors que le cedi s’échangeait à 4,3 contre 1 $, sa valeur était de 4,7 à la fin du mois de septembre 2018.

Enfin, la monnaie qui a bénéficié d’un regain en 2017 a continué de se dégrader. Alors que le cedi s’échangeait à 4,3 contre 1 $, sa valeur était de 4,7 à la fin du mois de septembre 2018.

Selon David Cowan, économiste en chef pour l’Afrique chez Citigroup, « ce ralentissement ne signifie pas que le Ghana est sur le point de subir une crise ». Mais il fait remarquer que, « dans la mouvance globale de la crise de la dette qui caractérise les marchés émergents, le pays pourrait être la victime des fuites de capitaux étrangers ayant investi sur sa dette intérieure », ce qui risque de mettre la pression sur le cedi et par conséquent réduire l’effet positif des avancées sur l’inflation.

Il est annoncé un nouveau calcul de la base du produit intérieur brut ghanéen. Cela devrait avoir pour effet de doper les performances économiques de l’ordre de 20 à 40% !

Aussi, il convient de préciser que ces indicateurs macroéconomiques, devraient bientôt connaître une évolution, dans la mesure où il est annoncé un nouveau calcul de la base du produit intérieur brut ghanéen. Cela devrait avoir pour effet de doper les performances économiques de l’ordre de 20 à 40% ! Cette révision était annoncée pour juillet 2018, mais elle semble avoir été reportée à une date qui n’est pas publiquement partagée.

Idriss Linge

Idriss Linge

    Print       Email
  • Published: 3 weeks ago on November 18, 2018
  • By:
  • Last Modified: November 18, 2018 @ 10:06 pm
  • Filed Under: ECONOMIE

Leave a Reply

You might also like...

2011-61966-l-angola-l-ethiopie-et-le-kenya-representent-47-du-total-de-la-dette-de-l-afrique-envers-la-chine_M

Gouvernance économique : L’Angola, l’Ethiopie et le Kenya représentent 47% du total de la dette de l’Afrique envers la Chine !

Read More →