Loading...
You are here:  Home  >  ACTUALITE  >  Etats-Unis  >  Current Article

États-Unis: Trump va lancer sa campagne pour la présidentielle de 2020 depuis la Floride

By   /  June 1, 2019  /  No Comments

    Print       Email

 

L’actuel président des États-Unis n’a jamais fait de mystères sur sa potentielle candidature aux élections de 2020 lors desquelles il espère décrocher un deuxième mandat.

Supporters of the US president hold signs during the 2019 graduation ceremony at the United States Air Force Academy May 30, 2019, in Colorado Springs, Colorado. (Photo by Chet Strange / AFP)

Supporters of the US president hold signs during the 2019 graduation ceremony at the United States Air Force Academy May 30, 2019, in Colorado Springs, Colorado. (Photo by Chet Strange / AFP)

Il venait à peine d’être élu président qu’il annonçait déjà être candidat à sa propre réélection. Donald Trump n’a jamais caché ses ambitions, évoquant sans cesse le scrutin présidentiel de 2020. Et ce, avec un appétit évident. Le président américain a fourni des détails sur sa future campagne. «J’annoncerai ma candidature pour un second mandat avec la Première dame Melania et le vice-président Mike Pence le 18 juin à Orlando, en Floride» a tweeté le magnat de l’immobilier, vendredi.

Donald J. Trump
@realDonaldTrump

I will be announcing my Second Term Presidential Run with First Lady Melania, Vice President Mike Pence, and Second Lady Karen Pence on June 18th in Orlando, Florida, at the 20,000 seat Amway Center. Join us for this Historic Rally! Tickets: https://www.donaldjtrump.com/rallies/jun-orla-flor-2019 

Et s’il a choisi la Floride comme point de départ de sa campagne, ce n’est pas dû au hasard. Il avait remporté cet État-clé en 2016 avec à peine plus d’1% d’avance sur Hillary Clinton. La Floride est en effet très disputée puisqu’en 2012, c’était Barack Obama qui l’avait emporté. Donald Trump avait notamment enregistré des scores spectaculaires dans la ville de Panama City Beach, depuis laquelle il a déclaré début mai: «Je veux que cette campagne électorale commence immédiatement!».

L’homme qui tient ses promesses

Malgré sa défaite aux élections de mi-mandat et surtout tous les scandales qui l’ont visé depuis 2016, particulièrement l’affaire russe, le président a beaucoup de chances d’être réélu. Il peut déjà s’appuyer sur la bonne santé économique du pays, en tout cas pour le moment. Le chômage est en effet tombé sous les 4%, soit une situation de plein-emploi, la croissance est à plus de 3% et les salaires ont également augmenté de 3,1% sur l’année 2018. Plusieurs arguments de poids donc, même si certains observateurs, à l’image du site Axios, tentent d’attirer l’attention sur d’autres mauvais indicateurs économiques. Les tensions avec la Chine inquiètent, tout comme la précarisation des emplois qui peut en partie expliquer la baisse du chômage.

Mais le grand atout de Donald Trump, c’est avant tout son image d’homme politique qui a su tenir ses promesses. Pour ses électeurs, il a fait ce qu’il avait promis lors de sa campagne en 2016 que ce soit au niveau économique ou sur les thématiques de l’immigration. Il s’est ainsi engagé dans un bras de fer avec les démocrates du Congrès sur le financement de son mur à la frontière mexicaine.

Plus de vingt candidats

La partie ne sera toutefois pas facile pour celui qui se targue de diriger le pays comme une entreprise. Déjà, les opposants seront nombreux, chez les démocrates mais aussi dans son propre camp. Pour le moment, plus de vingt personnalités ont annoncé leurs candidatures pour les élections. Chez les démocrates, Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, est pour l’instant en tête des sondages même s’il est encore trop tôt pour que ces intentions de votes signifient réellement quelque chose. Depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump n’a jamais fait mine d’élargir son électorat et continue de se concentrer sur la base qui l’a déjà élu en 2016.

Ce qui est sûr, c’est qu’un mandat supplémentaire pour Donald Trump lui permettrait d’inscrire dans la durée les nombreux changements opérés lors de ses premières années au pouvoir. Un exemple: il pourrait avoir à nommer deux juges supplémentaires à la Cour suprême, en plus des deux magistrats qu’il a déjà désignés. Cela porterait à sept le nombre de conservateur siégeant à la Haute cour, sur neuf. De quoi, peut-être, revenir sur certaines décisions comme sur l’arrêt Roe v. Wade, autorisant l’avortement.

    Print       Email
  • Published: 3 weeks ago on June 1, 2019
  • By:
  • Last Modified: June 1, 2019 @ 12:52 pm
  • Filed Under: Etats-Unis

Leave a Reply

You might also like...

3abfad2_2019032345.0.2276968227392_COVER_OK_web

ÉTATS-UNIS : Alexandria Ocasio-Cortez, l’étoile montante de la gauche américaine

Read More →